L’AVE2M est sollicitée pour dératiser de nouveaux espaces naturels
01 Août

L’AVE2M est sollicitée pour dératiser de nouveaux espaces naturels

Suite à une demande du Conseil Départemental de La Réunion, du Parc national de La Réunion, l’AVE2M a été missionnée pour mener des campagnes de dératisation sur plusieurs sites à enjeux : respectivement des Espaces Naturels Sensibles (ENS) et des sites à biodiversité remarquable.

Ces zones d’action sont d’importance en termes de richesse faunistique et floristique, paysagère ou encore culturel (ex : l’ENS de la Pointe au sel et son exploitation de sel) et touristique.

En 2017, de mai à décembre des campagnes de dératisation ont été menées sur les sites suivants :

Les ENS d’Eden Libéria (commune de Bras Panon), de la forêt Sainte Marguerite (Saint Benoît), du Piton Mont Vert (Saint Pierre), de l’Etang du Gol (Saint Louis), Coteau de Brèdes (Tampon), de la Pointe au Sel (Saint Leu).

Divers sites naturels et/ou touristiques : Tapage Bras patate (Saint Louis), l’Horloge de Bois court (Tampon), Champ de foire (Tampon), Piton ravine blanche (Tampon).

Enfin, un dernier site d’importance, qui n’avait jusque là jamais été dératisé : le sommet du piton des neiges. Bien que l’on puisse s’en étonner à une telle altitude, avec des températures très basses voire négatives, l’absence de végétation au sommet et seulement quelques abris rocailleux, les rats sont bel et bien présents à 3080 m d’altitude !

 

Quel protocole est suivi ?

Afin de mieux lutter contre les populations de rats présentes et d’optimiser la lutte, un état des lieux est mené dans un premier temps. Les indices de présence de rats sont relevés : fécès, traces de prédation sur des végétaux (cf photo ci-dessous), zones refuges… Les raisons de leur présence sont ensuite recensées : déchets abandonnés en grande quantité et mauvaise gestion du ramassage, tant sources de nourritures (déchets biodégradables) que d’abris (carcasse de voiture…) ou encore la prolifération de végétaux exotiques envahissants dont ils pourraient se nourrir (chouchou, passiflore banane,…). L’historique des éventuelles actions de dératisation menées est également réalisé ainsi que le bilan.

[impact du rat sur de la canne]

 

Des photos sont prises et associées au dossier.

Dans un second temps, des postes d’appâtage alimentés de 4 blocs de raticide (molécule utilisée : difénacoum) à raison d’un poste tous les 30m environ, en fonction de l’accessibilité de la zone, le long des sentiers ou sur des zones bien définies.

[pose de postes d’appâtage]

Ces postes sont géolocalisés (utilisation d’un GPS) afin d’être retrouvés plus facilement, ce qui nous permet de réaliser des bilans précis auprès des partenaires techniques et financeurs.

En parallèle à la pose des postes, un affichage obligatoire est mis en place sur les sites concernés. En effet, les usagers du site doivent être avertis des opérations de lutte en cours. Ces panneaux réglementaires, créés par l’AVE2M (voir ci-dessous), comportent une explication de la lutte ainsi que des enjeux faunistiques et floristiques et sanitaires associés, le protocole et molécule utilisés, la conduite à tenir, les logos de toxicité et numéro d’urgence. Un panneau détaillé ainsi que des plus petits panneaux de rappel sont implantés.

La consommation dans les postes est relevée tous les 15 jours. Au cours de la lutte, si une baisse de la consommation est observée, on procédera à un allégement du dispositif en ôtant quelques postes de la zone. A l’inverse, si la consommation ne diminue pas, un plus grand nombre de dispositifs sera posé.

[contrôle d’un poste d’appâtage consommé à 100%]

 

On note la consommation sur des fiches de terrain, qui sont ensuite saisies informatiquement pour être analysées.

 

Quelques chiffres

Site Nombre de postes
 d’appâtage
Nombre
de contrôles
Nombre de blocs de raticide
consommés
Nombre de rats tués
estimés
ENS Ste Marguerite
(St Benoît)
61 12 864 1798
ENS Eden Libéria
(Bras Panon)
63 12 685 1425
ENS Pointe au sel
(St Leu)
50 11 712 1482
ENS Piton Mont vert
(St Pierre)
106 12 1492 3105
Piton des neiges 52 8 103 215
Champ de Foire
(Plaine des Cafres)
93 14 1296 2696
Tapage Bras patate
(Makes – St Louis)
70 7 570 1186

 

NB : pour trouver le nombre de rats tués estimés, on estime que la consommation d’un bloc de 30g de difenacoum tue en moyenne 2 rats.

 

 

Maintien de l’action en 2018 en prévision de son renforcement à compter de 2019

Face aux enjeux sanitaires et environnementaux liés aux rats sur les espaces naturels sensibles du département, l’AVE2M a mobilisé les moyens financiers nécessaires afin de reconduire le travail sur 8 sites en 2018. Aussi, le poste du chargé d’études en dératisation a été reconduit pour mener à bien ce travail.

Cependant, nous travaillons à la mise en place d’un projet plus ambitieux à compter de 2019, visant à mettre en œuvre des expertises approfondies de dératisation à l’échelle de chaque site. L’objectif final étant de valider et de proposer des plans de gestion de la problématique des rats à l’échelle de plusieurs espaces naturels du département.

 

Comments are closed.